Le CRECF Champagne-Ardennes dominateur le 23/03/2012 à 10h38

A l'issue de cette première manche du Tour d’Île de France cadet 2012 au départ de laquelle 106 coureurs s’étaient alignés les Franciliens sont repartis les mains vides. Tandis que Julie Posenato (VC du Senonais) s’est emparé du maillot rose de première féminine et que Damien Jezequel (CC Nogent-sur-Oise) était récompensé du maillot blanc de premier cadet 1, les autres tuniques ont en effet toutes été trustées par les pensionnaires du CRECF Champagne-Ardennes, omniprésents à l'avant de la course disputée sous un beau soleil de Printemps ce mercredi 21 mars à Moret-sur-Loing. Vainqueur en costaud au sommet de la bosse d'arrivée, Nicolas Legras s'est ainsi paré de jaune tandis que son coéquipier Eugène Richardot, auteur d'un magnifique cavalier seul pendant les deux-tiers de l'épreuve, recevait coup sur coup le maillot vert des «points chauds» et le maillot à pois de meilleur grimpeur.

 

Avant d'en arriver à un tel succès qui leur a également permis de remporter le prix d'équipe de cette manche inaugurale grâce aux accessits de Loïc Gauthier (3e) et de Martin Oliveira (5e), les coureurs de Champagne-Ardennes ont rapidement su endiguer une situation de course qui ne tournait initialement pourtant pas à leur avantage. Handicapés par des dossards élevés qui les ont contraints à un gros effort pour remonter aux premières loges, les cinq coureurs en bleu ciel et blanc n'ont ainsi pas été en mesure de répondre à la première offensive du jour. Dès la première montée, à répéter ce jour à 32 reprises, Sylvain Montana (OCVO) se dressait en effet sur les pédales pour placer une violente accélération à laquelle seuls Arthur Pennetier (PAC 95) et Franck Verrier (Team 94 Villeneuvoise) purent répondre avec un léger temps de retard. Une fois les trois hommes regroupés, les plus optimistes parmi les observateurs imaginaient déjà que ce groupe de costauds était parti pour se faire définitivement la belle. Malgré la belle entente de trois garçons qu'on imagine déjà dominer la saison en Île de France, leur avance sur un peloton rapidement amaigri n'aura jamais excédée les 20 secondes. En tête du paquet, les invités champenois secouaient déjà le cocotier en organisant la poursuite avec efficacité. Après 8 tours passés à résister à un retour quasi inéluctable, les Montana, Pennetier et Verrier devaient rendre les armes face à un premier groupe réduit à une vingtaine de concurrents.

 

Alors que chacun au sein de ce groupe éprouvait alors légitimement le besoin de souffler après cette première passe d'arme menée tambour battant, le pensionnaire du pôle rémois Eugène Richardot profitait de la relative accalmie pour sortir en solitaire. D'emblée, ses coéquipiers Martin Oliveira, Nicolas Legras, Loïc Gauthier et Romain Magny s'attachait à désorganiser la poursuite en s’intercalant entre les quelques coureurs encore en capacité de tirer quelques bouts droits. Dans des conditions rendues favorables par le travail impressionnant de ses compagnons d'entraînement, Richardot pouvait dès lors creuser l'écart. Derrière aux côtés des 4 Champenois, on trouvait encore Amaury Lhermitte et Florian Maitre (CSM Clamart), Benjamin Vincent et Julien Gross (Antony Berny Cycliste), Frank Verrier et Frédéric Robert (Team 94 Villeneuvoise), Killian Treille et Thomas Kurtzemann (Sélection de l'Essonne), Antoine Barre et Paul Mercier (VC du Senonais), Sylvain Montana (OCVO), Arthur Pennetier (PAC 95), Romain Baert (VC Clichy-sous-Bois), Anthony Civallero (US Montfermeil) et Damien Jezequel (CC Nogent-sur-Oise), seul cadet 1 encore présent à cet échelon de course.

 

Tenace et combatif, l'homme de tête est ensuite parvenu à creuser un écart légèrement supérieur à la minute. Au moment où les spectateurs commençaient à estimer que Richardot endosserait le premier maillot jaune de Tour d’Île de France, le coureur de l’Aube accusa soudain le coup. Eprouvé par l’intensité de son effort solitaire et soudainement pris en chasse par un paquet en tête duquel Lhermitte et surtout Pennetier se démenaient courageusement, Richardot flancha en perdant plus de 10 secondes au tour.

 

A trois tours de l’arrivée, le valeureux sociétaire de l’ASPTT Troyes était rejoint par le premier groupe de poursuivants qui perdait unité après unité. Dans les deux derniers tours, les offensives successives ne laissaient plus que 6 coureurs pour la gagne: les Franciliens Montana, Pennetier et Lhermitte et les Champenois Legras, Gauthier et Oliveira qui allait réussir à tirer profit de leur supériorité numérique dans le final grâce au déboulé rageur du premier nommé dans la dernière ligne droite. La belle confrontation du jour entre les différents costauds augure d'une deuxième manche tout aussi magnifique sur le circuit plat comme la main de Chevannes. Le vent, sans doute, et surtout le secteur pavé à répéter à 11 reprises devraient faire la sélection. Pas sûr dans ces conditions qu'on retrouve exactement les mêmes aux avant-postes.

 

Corentin Duprey,
Speaker Fédéral

 

Crédit photo: fr-vincent

[Retour]

Chercher une equipe / un coureur

Quelques partenaires

Chercher une course

les derniers resultats